Du haut débit avant le très haut

, par Marc Leopold

2 votes

La communauté de communes Espace-en-Pévèle s’est préoccupée de l’accès à Internet des habitants de son territoire. Deux types de solutions ont été mises en œuvre : pour Aix et Nomain, l’implantation de NRA-ZO (ou NRA-MeD) a permis de connecter tous le monde en ADSL avec, pour les foyers les plus proches de ces équipements, des débits aux alentours des 16 Mo/s. Sur Coutiches et Bouvignies, le choix s’est porté sur une offre radio qui a nécessité l’installation d’un émetteur dans le clocher de l’église Saint-Maurice.

La solution du NRA implanté localement, comme à Nomain, permet de préserver la diversité de l’offre des opérateurs et bénéficie au plus grand nombre.

La solution choisie pour Bouvignies impose de passer un opérateur, Xilan, dont il reste à prouver qu’il souhaite vendre des abonnements [1]. Et cette solution, qui pourtant offre en théorie du 6 Mo/s, n’est pas proposée aux foyers déjà raccordés à l’ADSL, le seuil des 512Ko étant considéré comme suffisant et l’intervention de la collectivité ne devant pas fausser la concurrence qui s’exerce sur nos pauvres fils de cuivre si éloignés de Marchiennes.

On nous promet le Très Haut Débit pour 2018. Ou un peu plus tard...

Cette situation n’est pas acceptable et nous nous battrons pour offrir un débit plus adapté aux usages d’internet en 2014.

Notes

[1En fait, cet opérateur bénéficie d’un contrat avec la communauté de communes qui finance l’entretien des équipements déployés. Il n’a rien à gagner à vendre des abonnements au prix du marché qui ne peuvent que lui apporter des ennuis. Son modèle économique repose sur la fourniture pour le moins de foyers possibles d’un équipement facturé à la collectivité comme s’il en concernait beaucoup.